• Neuf
Quantité

Le refuge protestant dans le Pays de Vaud (Fin XVIIe – début XVIIIe siècle). Aspects d’une migration.

L’ouvrage présente la situation des huguenots avant la révocation de l’édit de Nantes, puis décrit la chronologie de l’émigration, qui atteint son maximum en 1687, accru par l’arrivée des vaudois du Piémont. Les réfugiés s’installent surtout sur les rives du Léman. Berne veut bien les accepter momentanément, mais ils doivent partir et se fixer ailleurs. Dès 1683, les autorités se sont préparées à accueillir cet afflux et créé un organisme ad hoc, la Chambre des Réfugiés. Elles cherchent des subsides auprès des cantons évangéliques, organisent des collectes. Dans le Pays de Vaud, l’assistance repose traditionnellement sur les hôpitaux. Les Conseils des villes font appel aux particuliers pour loger tout le monde et organisent des transports pour ceux qui ne peuvent marcher. Les Bourses françaises, fondées par les réfugiés aisés, ont surtout une activité caritative; elles contrôlent aussi cette population mouvante et cherchent des lieux d’accueil en Europe. Berne espère lutter contre la pauvreté générale en facilitant l’établissement de manufactures nouvelles (soierie) qui n’ont guère de succès, sauf à Vevey. En 1699, Berne décide le départ de tous les réfugiés (au moins 9000 en 1698); une moitié seulement obéira. Deux ans plus tard, au vu de la situation, Berne déclare qu’elle naturalisera les huguenots qui auront obtenu dans une commune soit le droit de bourgeoisie (les cas sont rares), soit le statut d’habitant perpétuel, moins favorable car sans droits politiques.

Titre
Le refuge protestant dans le Pays de Vaud (Fin XVIIe – début XVIIIe siècle). Aspects d’une migration.
Editeur
Editeurs diffusés
Auteur
Dominique Quadroni
Marie-Jeanne Ducommun
Type de livre
Monograhie
Collection
Publications de l'Association suisse pour l'histoire du Refuge huguenot
Numéro
18001
Langue
français
Année de parution
1991
ISBN Papier
978-2600042864
Format
16 x 23.5
Nb de pages
323