• Neuf
Quantité

Auteur(s): Markus Küng

Die bernische Asyl- und Flüchtlingspolitik am Ende des 17. Jahrhunderts

Dès 1683, Berne se prépare à accueillir des huguenots. Sa politique d’asile, qui s’inspire de l’assistance, devient plus restrictive à mesure que le nombre des arrivants s’accroît. Ils seront des milliers à passer sur les terres bernoises, venant de Genève et entrant dans le Pays de Vaud où la majorité espère rester pour des questions de langue. Le maximum d’entrées est atteint en 1686 et 1687, les vaudois du Piémont s’ajoutant aux Français. Puisant dans le trésor de l’Etat, Berne ne veut pas être seule à payer. A l’interne, elle se tourne vers les villes et les particuliers (organisation de collectes, hébergement). A l’externe, sans toujours y réussir, elle tente de convaincre les cantons évangéliques de verser une plus grosse contribution, de coordonner leurs forces pour trier les réfugiés et les répartir plus équitablement, mais chacun souhaite que ceux-ci continuent leur voyage vers les principautés allemandes. Berne est plutôt généreuse (versement de pensions, prise en charge des plus fragiles, viatiques). Elle espère cependant profiter des talents des Français pour développer son économie (manufactures), mais le résultat n’est guère probant. La population, après les premières années, se révèle xénophobe (crainte de concurrents, différences de mentalité), d’autant que la situation économique est mauvaise dans la décennie 1690. L’expulsion de ceux qui n’obtiendraient pas leur naturalisation est décidée en 1699. Le coût du Refuge pour Berne est estimé dans les annexes.

Titre
Die bernische Asyl- und Flüchtlingspolitik am Ende des 17. Jahrhunderts
Editeur
Editeurs diffusés
Auteur
Markus Küng
Type de livre
Monograhie
Collection
Publications de l'Association suisse pour l'histoire du Refuge huguenot
Numéro
18002
Langue
français
Année de parution
1993
ISBN Papier
978-2600042871
Format
15.5 x 22.5
Nb de pages
465