Quantité

Auteur(s): Pilet Jacques

Le crime nazi de Payerne

Un Juif tué « pour l'exemple », Suisse, 1942

Le 16 avril 1942, un marchand de bétail, juif, disparaît lors de la foire de Payerne. On le retrouve, découpé en morceaux, dans des " boilles " immergées dans le lac de Neuchâtel. Arthur Bloch a été assassiné par un groupe de nazis dont le chef voulait ainsi témoigner son attachement à l'Allemagne hitlérienne qui menaçait d'envahir la Suisse.

Comment le virus du nazisme a-t-il pu s'infiltrer au coeur d'une si paisible bourgade, dans ce pays préservé de la guerre ? Comment a pu naître l'idée de ce crime atroce, amorce de " solution finale " suisse? Que s'est-il passé dans le coeur et dans la tête des hommes simples qui commirent ce forfait ? Ce livre, basé sur des témoignages recueillis trente-cinq ans après les faits, laisse entrevoir ce qu'aurait été une Suisse occupée par les armées hitlériennes.

Titre
Le crime nazi de Payerne. Un Juif tué «pour l’exemple», Suisse, 1942
Editeur
Livreo-Alphil
Auteur
Pilet Jacques
Collection
Livreo
Numéro
1007
Langue
français
Année de parution
2017
ISBN Papier
978-2-88950-003-1
Format
13x19x0.9
Nb de pages
168
Collection Livreo
1007
168 p.
ISBN 978-2-88950-003-1
Pilet  Jacques

Né en 1943, Jacques Pilet débute dans le journalisme au Journal de Montreux, puis travaille pour la Feuille d’Avis de Lausanne qui devient 24 Heures. De 1974 à 1981, il est journaliste à la Télévision suisse romande, principalement pour l'émission Temps présent, puis producteur du magazine d'actualité suisse Tell Quel. Il a été le créateur de plusieurs magazines et journaux – L’Hebdo, Le Nouveau Quotidien, Émois, Bon pour la tête – et il a été membre de la direction de Ringier, en charge notamment de concevoir les nouvelles publications de ce groupe, telles que Dimanche.ch et de conseiller des rédactions en Hongrie, en Serbie et en Roumanie. Peu de journalistes ont autant contribué à faire évoluer le paysage médiatique suisse romand.
Il a été marqué très tôt par ses expériences allemandes, puis par la découverte de l’Est européen, de l’Amérique du Sud, de l’Asie et de l’Afrique. Il est favorable à l'adhésion de la Suisse à l'Union européenne et il s’est fortement engagé pour le oui à l'Espace économique européen en 1992. Il a créé et présidé la section suisse de la European Cultural Foundation, fondée aux Pays-Bas. Il a épousé la photographe Simone Oppliger, décédée en 2006. Leur fils François est journaliste.