Quantité

Ego-histoires

Écrire l'histoire en Suisse romande

Qui sont celles et ceux qui écrivent l'histoire en Suisse romande ? Pourquoi le font-ils ? Quels sont les rapports entre leur vie personnelle et leurs recherches ? En s'inspirant du modèle d'ego-histoire développé par Pierre Nora de l'Académie française qui préface ce livre, l'Atelier H a regroupé une vingtaine de contributions d'historiens et d'historiennes de Suisse romande. Au-delà du recueil d'ego-histoires, l'ouvrage dresse un portrait, non seulement d'hommes et de femmes passionnés et passionnants, mais aussi de la vie sociale et intellectuelle de la Suisse romande au XXe siècle. En tissant des liens entre parcours personnel et intérêt historique, il permet de mieux comprendre qui sont ces historiens et ces historiennes et comment l'histoire s'écrit. Un portrait séduisant de la diversité de la production historique en Suisse romande.

Georges Andrey, Gérald Arlettaz, André Bandelier, Alfred Berchtold, Jean-François Bergier, Louis Binz, Claude Cantini, Martine Chaponnière, Maurice Evard, Geneviève Heller, Lucienne Hubler, Pierre Jeanneret, Jean-Pierre Jelmini, Hans-Ulrich Jost, André Lasserre, Miklos Molnar, Liliane Mottu-Weber, Anne-Marie Piuz, Jean-François Poudret, Rémy Scheurer.

« Peut-on raconter le passé sans être enraciné dans le présent ? Naguère, une telle interrogation aurait semblé incongrue : drapé dans son aura académique, l’historien se voulait neutre. Maintenant que l’individu sommé de toutes parts de se montrer autonome s’est installé au cœur de la société, l’historien quitte sa chaire. Souvent - mais pas toujours ! - il ne refuse plus d’admettre l’influence de sa subjectivité sur ses travaux. Mieux, il accepte même de se raconter, de dévoiler son parcours, ses motivations, ses joies et ses peines. (...) Sa lecture réserve des surprises. (...) Surprenants les historiens ? Non, décoiffants ! », Gérard Delaloye, Le Matin Dimanche, 18 janvier 2004.

« Des parcours de vie aussi riches que variés qui offrent un pan de la vie sociale et intellectuelle de la Suisse romande au XXe siècle », Isabelle Paccaud, Le Temps, Samedi Culturel, 13 décembre 2003.

« Recueil d’histoires personnelles, Ego-histoires ouvre des perspectives et des horizons. La passion de ces hommes et de ces femmes pour leur métier est contagieuse », Florence Joye, Le Courrier, 3 janvier 2004.

Titre
Ego-histoires. Écrire l'histoire en Suisse romande
Editeur
Alphil
Auteur
Donzé Pierre - Yves / Lachat Stéphanie / Jeanguenat Clément / Forster Gilles / Atelier H / Cortat Alain
Type de livre
Groupement de textes
Collection
Histoire
Numéro
8
Langue
français
Année de parution
2003
ISBN Papier
978-2-940235-06-3
ISBN E-Pub
978-2-940489-62-6
Format
14.8x22.5x3.3
Nb de pages
458
Avec
Photos - "biographies express"
Collection Histoire
8
458 p.
ISBN 978-2-940235-06-3
Donzé Pierre - Yves

Pierre-Yves Donzé est professeur à l'Université d'Osaka et professeur invité à l'Université de Fribourg. Ses principaux domaines de recherches sont l'histoire économique de la médecine, l'histoire des entreprises multinationales et l'histoire globale des industries, en particulier l'horlogerie, dont il est l'un des grands spécialistes.

Il dirige la collection Histoire et Horlogerie aux éditions Alphil - Presses universitaires suisses. Lauréat du prix Gaïa, catégorie histoire, en 2011.

Site internet: https://sites.google.com/view/donze/home

Lachat Stéphanie

Historienne et sociologue, Stéphanie Lachat est docteure de l'Université de Genève. Après une licence en lettres à l'Université de Lausanne, elle a travaillé à la Fondation Mémoires d'Ici et effectué un DEA en études genre aux universités de Lausanne et Genève. La présente recherche a été menée durant son assistanat à l'Université de Genève et finalisée grâce au soutien du Fonds national suisse de la recherche alors qu'elle était chercheuse associée à l'Université de Saint-Gall. Elle a été récompensée par le Prix Universal 2014 de la meilleure thèse de la Faculté des sciences économiques et sociales de l'Université de Genève.

Jeanguenat Clément

Clément Jeanguenat (1973), licencié en lettres de l'Université de Neuchâtel, enseigne aujourd'hui l'histoire et la géographie au Lycée Blaise-Cendrars à La Chaux-de-Fonds.

Forster Gilles

Gilles Forster (1971), doctorat en histoire contemporaine de l'Université de Bâle (2004), licencié et diplômé en histoire économique et sociale de l'Université de Genève (1994 et 1996).

Il est actuellement assistant à l'Université de Genève (Dpt. Histoire économique, SES) (2002-) et a travaillé comme collaborateur scientifique à la Commission Bergier (1998-2002).

Atelier H

L'Atelier H est un collectif de jeunes historien(ne)s romand(e)s qui s'intéressent à l'écriture de l'histoire et à la formation de la mémoire collective.

Il est composé d'Alain Cortat, assistant à l'Université de Neuchâtel, de Pierre-Yves Donzé, assistant à l'Université de Neuchâtel et collaborateur à l'Institut romand d'histoire de la médecine et de la santé de l'Université de Lausanne, de Gilles Forster, assistant à l'Université de Genève, de Clément Jeanguenat enseignant d'histoire au Lycée Blaise-Cendrars à La Chaux-de-Fonds et de Stéphanie Lachat, assistante à l'Université de Genève.

Cortat Alain

Après des études aux Universités de Lausanne et de Fribourg-en-Brisgau (Allemagne), Alain Cortat a travaillé dans un programme du FNS à l'Université de Neuchâtel et à l'Institut l'homme et le temps de La Chaux-de-Fonds. Il a ensuite été collaborateur scientifique à la Commission indépendante d'experts : Suisse-Seconde Guerre mondiale (Commission Bergier). Il a travaillé une année à l'Université de Harvard à Cambridge, Massachusetts, USA, en 1999-2000. En 2004, il a obtenu une bourse de la Fondation Gerold et Niklaus Schnitter pour l'histoire des techniques de l'EPFZ. Il a été maître de conférence invité en 2005 à l'Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (France) et chargé de cours en 2006-2007 à l'Université de Fribourg et collaborateur scientifique et chargé d'enseignement à l'Université de Neuchâtel de 2010 à 2014. Il dirige plusieurs collections aux Editions Alphil, dont il est le directeur. Ses domaines de recherche sont l'histoire industrielle et économique. Il a été lauréat du prix d'études postdoctorales de la Fondation Anne et Robert Bloch et du Prix Bachelin 2013.

Il a publié plusieurs livres en histoire économique, notamment une histoire de l'entreprise Condor (Condor. Cycles, motocyles et construction mécanique, 1890-1980. Innovation, diversification et profits), une histoire des apprentissages dans l'horlogerie (Apprendre l'horlogerie dans les Montagnes neuchâteloises, 1740-1810); dans le cadre de son travail à la Commission Bergier, il a co-publié une histoire de la place financière et des banques suisses à l'époque du national-socialisme. Il a aussi publié une histoire de vie, un récit de François Xavier Gressot, un artisan et négociant (1783-1868). Enfin, avec le collectif l'Atelier H, il a été éditeur du livre : Ego-histoires. Ecrire l'histoire en Suisse Romande. Il est aussi l'auteur d'un livre qui analyse le fonctionnement et les effets de cartels dans l'organisation et la stratégie d'entreprises, intitulé Un cartel parfait et qui résulte de sa thèse de doctorat. Il a publié avec un groupe de chercheurs, un livre consacré à l'histoire des cartels en Suisse : Contribution à une histoire des cartels en Suisse.