Quantité

À ses bons commandements...

La commande artisitique en France au XVe siècle

Artistes et mécènes, de Charles VI à Louis XII.

Si les importants catalogues des collections royales et princières ont suscité de nombreuses études, certains mécènes, certes moins connus mais tout aussi importants, n'ont pas encore reçu toute l'attention qu'ils méritaient. C'est dans cet esprit que les auteurs de cet ouvrage se sont penchés sur quelques-uns des aspects de la commande artistique en France au XVe siècle, telle l'analyse des mécénats d'Anne de Bretagne ou des Bourbon par exemple, afin de tracer un portrait moins sélectif, sans doute aussi plus riche, du commanditaire.

Durant cette période, le phénomène du mécénat concerne un large milieu social – on y retrouve des rois et des reines, des princes, des ducs, mais aussi une certaine bourgeoisie – et se manifeste dans toutes les formes de l'art : l'architecture et la sculpture, la peinture et la miniature, le vitrail ou les arts dits mineurs.

Titre
À ses bons commandements… La commande artisitique en France au XVe siècle
Editeur
Alphil PUS
Auteur
Braem Andreas
Mariaux Pierre-Alain
Collection
Colloquium
Numéro
5026
Langue
français
Année de parution
2014
ISBN Papier
978-2-940489-39-8
Format
15.6x22.5x2.7
Nb de pages
560
Avec
Images
Collection Colloquium
5026
560 p.
ISBN 978-2-940489-39-8
Braem Andreas

Andreas Braem, docteur en histoire de l'art. Auteur de Neapolitanische Bilderbibeln des Trecento (Reichert Verlag, Wiesbaden, 2007). Enseignements universitaires à Budapest, Genève, Greifswald, Grenoble, Lausanne, Lucerne, Neuchâtel, Zurich, et actuellement à Fribourg-en-Brisgau.

Mariaux Pierre-Alain

Pierre Alain Mariaux est professeur ordinaire auprès de l'Institut d'histoire de l'art et de muséologie de l'Université de Neuchâtel. Domaines de compétence : art médiéval (vie-xve siècle), en particulier arts mineurs (enluminure, orfèvrerie) et sculpture / histoire et théorie de l'image au Moyenâge / histoire des trésors d'église et des collections médiévales / muséologie.